ppa fr (new)

Des accords d’achat d’énergie à faible risque aident des exportateurs canadiens de technologie propre à prendre de l’expansion dans de nouveaux marchés

Posté par L'équipe CCC sur 16 janv. 2019 09:00:00

Les entreprises canadiennes du domaine de l’énergie ont une expertise qui est valorisée partout dans le monde. Mais pour beaucoup de petites entreprises, les risques associés aux accords de production d’énergie électrique à long terme dans des marchés en développement constituent des obstacles importants aux débouchés. Le directeur du Secteur des technologies propres, Rob James, explique comment ces obstacles sont éliminés grâce aux nouveaux accords d’achat d’énergie offerts par la Corporation commerciale canadienne – et comment la CCC fait en sorte qu’il soit plus facile que jamais pour les grandes entreprises de services publics d’acquérir des actifs à l’étranger.

Le pouvoir des accords d’achat d’énergie (AAE)
Les accords d’achat d’énergie (AAE) sont des accords que les fournisseurs concluent avec des clients pour vendre l’électricité générée à un prix fixe pour une période donnée – souvent de 20 à 25 ans. Dans les marchés des pays en développement, cela peut constituer une longue période : si les vents politiques tournent ou que les conditions économiques changent, l’accord pourrait ne pas être respecté, privant ainsi le fournisseur d’un secteur de recettes dont il a bien besoin. Et un accord non respecté peut littéralement ruiner les petits exportateurs.

Rob James explique que le fait de travailler avec la CCC pour conclure des AAE réduit ce risque, ce qui fait qu’il est plus sécuritaire et plus facile pour les entreprises canadiennes de tirer parti de débouchés importants dans des marchés émergents. Même s’il peut être complexe de concevoir un projet d’énergie renouvelable, le service de la CCC est simple : la CCC signe l’AAE avec l’acheteur étranger et un deuxième « contrat interne » avec l’entreprise canadienne à la tête du projet. Bien que cela ne garantisse pas le paiement dans le cadre du contrat, le fait que le gouvernement du Canada fasse partie intégrante de l’accord réduit considérablement le profil de risques de l’accord.

« Cela comporte d’énormes implications pour les petits promoteurs de projets en particulier, » déclare M. James. « Je fais référence aux entreprises qui ont peut-être 15 ou 20 personnes, mais qui assurent la cohésion de projets énergétiques en rassemblant tous les fournisseurs, en travaillant avec les autorités responsables de la délivrance des permis et l’acheteur gouvernemental, en gérant la construction, en obtenant le financement et habituellement en fournissant une partie des liquidités de leurs propres poches. Elles sont agiles et n’ont pas de ressources superflues et le risque politique et financier d’un contrat à long terme peut être énorme pour elles. Notre AAE réduit ce risque. »

Un monde de possibilités
Des pays sont très intéressés par le genre de solutions d’énergie renouvelable et par les connaissances que les entreprises canadiennes peuvent fournir – en particulier les pays en développement qui cherchent à élargir l’électrisation, à créer des réseaux électriques plus résilients et à respecter leurs cibles climatiques dans le cadre de l’Accord de Paris. À ce jour, beaucoup ont une très faible capacité intérieure de production d’énergie renouvelable et dépendent fortement de carburant diesel importé, ce qui est cher, peu fiable et non viable sur le plan de l’environnement.

« Il existe un besoin d’infrastructure », déclare M. James, «  mais ces pays n’ont pas toujours l’expertise ou le capital pour construire de nouvelles installations de production d’électricité efficientes. »

Les entreprises canadiennes peuvent fournir un large éventail de solutions pour combler ce besoin, englobant tout, que ce soit la production hydroélectrique à petite échelle, l’énergie solaire et éolienne ainsi que le méthane des lieux d’enfouissement, le captage du gaz torché des champs de pétrole, ou d’autres sources d’énergie propre.James ajoute que l’accès à un financement peut être un autre avantage de faire affaire avec la CCC pour la conclusion d’un AAE. L’atténuation des risques que la CCC procure peut rassurer les prêteurs, ce qui aide les exportateurs à obtenir de meilleures conditions qui, en fin de compte, améliorent le taux de rentabilité interne (TRI) d’un projet.

Acquisition d’actifs à l’étranger
Les grandes entreprises de services publics qui cherchent à prendre de l’expansion sur de nouveaux marchés peuvent aussi bénéficier d’une collaboration avec la CCC pour acquérir et moderniser des actifs de production d’énergie à l’étranger. Il s’agit souvent d’installations vieillissantes qui ne fonctionnent pas avec une efficience optimale et qui fonctionnent peut-être même à perte. Leurs propriétaires, habituellement des gouvernements ou des organismes dans des pays en développement, n’ont pas le capital ou l’expertise pour les remettre à neuf ou les optimiser.

« Ils devront contracter des dettes importantes pour assurer leur fonctionnement continu », poursuit M. James. « Donc, la meilleure option pour eux est de vendre l’installation à bas prix à un nouveau propriétaire qui investira dans sa remise en état et qui optimisera son efficience. Même une amélioration de deux ou trois pour cent peut justifier la vente. »

Les services publics canadiens ont la capacité technique pour améliorer l’efficience de ces installations. Ils peuvent ensuite conclure un AAE avec le pays hôte pour générer un secteur de recettes à long terme ou vendre l’actif pour réaliser un profit.

« C’est ici que la CCC entre en scène, » explique M. James, « en utilisant notre mécanisme d’attribution d’un contrat à fournisseur exclusif de gouvernement à gouvernement pour permettre à des pays de travailler directement avec le Canada afin de tirer le meilleur parti d’actifs comme ceux-là. Le Canada est un partenaire privilégié pour ce genre d’accord. Les pays savent qu’ils peuvent compter sur nous pour rester avec eux. »

Tags: Technologies propres, énergie et environnement, Opportunités de marché, Construction et infrastructure

Exporter-Success-Stories

EXPORTATEURS

Exemples de réussites à l'exportation

LIRE LA SUITE
five-steps

ACHETEURS

Un contrat en cinq étapes avec la CCC

LIRE LA SUITE